le recovery project

Le Centre de formation au rétablissement (Cofor) vient d’ouvrir ses portes à Marseille.
Il propose aux usagers de la psychiatrie devenus « étudiants » de véritables formations
au rétablissement dispensés par des pairs.

 

Le 18 septembre était jour de rentrée au Centre de formation au rétablissement (Cofor) (voir encadré p. 68),
le premier recovery college français qui propose aux usagers de la psychiatrie de véritables formations au rétablissement
dispensées par des experts d’expériences. Loin de l’éducation thérapeutique du patient, et en complément de différents
services offerts dans le réseau de la santé et la communauté, « les recovery colleges ont comme but de soutenir le bien-être et le rétablissement des per-
sonnes en valorisant le développement de connaissances et compétences, le partage de savoirs théorique et expérientiel et l’utilisation prioritaire du soutien
entre pairs et des ressources du milieu naturel. Pour les membres de l’entourage, intervenants du réseau de la santé
et autres citoyens, ils permettent aussi l’acquisition de savoirs théoriques et expérientiels et la construction d’une
vision commune vers des soins et services axés rétablissement » (1).


L’ÉDUCATION COMME MODÈLE DU RÉTABLISSEMENT

Le rétablissement (recovery) n’est pas forcément l’absence de symptôme psychia-
trique ou le retour à l’état antérieur. C’est Le 18 septembre était jour de
rentrée au Centre de formation au rétablissement (Cofor) (voir encadré p. 68), le premier recovery college français qui
propose aux usagers de la psychiatrie de véritables formations au rétablissement dispensées par des experts d’expériences.
Loin de l’éducation thérapeutique du patient, et en complément de différents services offerts dans le réseau de la
santé et la communauté, « les recovery colleges ont comme but de soutenir le bien-être et le rétablissement des personnes en valorisant le développement
de connaissances et compétences, le
partage de savoirs théorique et expérien-
tiel et l’utilisation prioritaire du soutien
entre pairs et des ressources du milieu
naturel. Pour les membres de l’entou-
rage, intervenants du réseau de la santé
et autres citoyens, ils permettent aussi
l’acquisition de savoirs théoriques et
expérientiels et la construction d’une
vision commune vers des soins et services
axés rétablissement » (1).
L’ÉDUCATION COMME MODÈLE
DU RÉTABLISSEMENT
Le rétablissement (recovery) n’est pas for-
cément l’absence de symptôme psychia-
trique ou le retour à l’état antérieur.